14.6.07

Marseille : scandale en préfecture pour l'attribution de logements HLM

Trois personnes mises en examen et écrouées, dont un fonctionnaire et une voyante
C'est une affaire "à la marseillaise" qui, loin de venir nourrir la légende, agrémente depuis quelques jours la chronique locale. Elle mêle un agent de la préfecture aux méthodes dévoyées, en poste au service des logements, une voyante au gros relationnel et une poignée de petites mains qui servaient de rabatteuses. L'employé indélicat proposait l'octroi de logements HLM contre espèces sonnantes et trébuchantes. 1500 € pour un appartement, 2000 € pour une villa HLM, car il existe bien des villas HLM à Marseille. Déçus par les délais d'attente, certains Marseillais avaient fini par marcher dans la combine. Depuis trois ans, l'agent de préfecture encaissait ainsi régulièrement. Selon nos sources, ses revenus complémentaires lui permettaient de ne pas dépenser un centime de sa paie. "Si vous voulez que le dossier avance, il faut donner", conseillait-il à sa "clientèle". Certains, pourtant, comme cette mère célibataire, ont payé, donné leur préavis de départ. Ils n'ont parfois rien obtenu. Pour parvenir à ses fins, l'agent "ripou" s'était attaché les services d'une voyante, âgée de 71 ans, qui lui servait d'intermédiaire. Elle avait l'avantage de jouir d'un gros relationnel et lui envoyait les clients tout en percevant sa commission. Les investigations, confiées à la Division économique et financière de la police judiciaire, ont démarré par des écoutes téléphoniques posées sur la ligne d'une autre complice, suspectée de se livrer à des escroqueries aux organismes de crédit. C'est en enquêtant sur elle que les policiers ont tiré le fil qui allait conduire à la corruption. Elle aussi téléphonait à la voyante pour lui adresser des "clients". Elle prenait également sa commission. Parmi les "rabatteuses" figurait une ex-fonctionnaire municipale en maladie, qui avait pour mission de faire patienter les gens. En deux ans, elle aurait perçu 4000 euros. Une autre fonctionnaire municipale a été entendue par la police. Au total, une centaine de personnes seraient passées par ce canal, bien que le nombre de "dossiers aboutis" soit évalué à ce jour à une quinzaine. La voyante et la femme escroc aux organismes de crédit ont été mises en examen et écrouées mardi, l'agent préfectoral devait l'être hier soir dans le cadre d'une procédure ouverte pour "escroquerie, faux, corruption active et passive". L'instruction de la juge Carole Sayous pourrait connaître de nouveaux développements. Interrogé hier, Bernard Squarcini, le préfet des Bouches-du-Rhône par intérim, a indiqué qu'il avait demandé une "mission technique", afin de "cerner les failles du système", de "mettre en place des procédures pare-feu" et "d'éviter la récidive".
Par Denis Trossero ( dtrossero@laprovence-presse.fr )


2 commentaires:

renaud a dit…

c'est quoi le but de cet article... que tout le monde vote le pen ?

Anonyme a dit…

Ben alors Renaud, on a du mal à comprendre les articles? On se radicalise?