13.6.07

Möbius - à court d'histoire...

On a retrouvé l'association agitatrice d'architecture et de ville du coté de Montpellier dans le cadre de la manifestation JEU DE COUR qui se déroule à Montpellier du 14 au 17 juin 2007 pendant le FESTIVAL D'ARCHITECTURES VIVES.

Une ville, un écusson, des hôtels particuliers, des cours intérieures inexplorées, de jeunes architectes et artistes...
Une invitation au voyage au coeur de l’architecture écrite et réécrite. Des jeux de cours à parcourir, voir, revoir, méditer, toucher, ils invitent à questionner l’espace. De nouvelles règles de jeu pour un temps court qui laissera les installations prendre place dans l’espace. Elles dialoguent avec le patrimoine environnant et s’offrent aux questionnements des visiteurs.

La modernité et la contemporanéité vues comme parties de l’histoire. En effet la création contemporaine ne peut faire fi de la culture et des traces du passé. Mais a contrario, prendre en compte le patrimoine ne peut signifier de figer les lieux et d’exclure une approche contemporaine de l’architecture. Cela nécessité simplement de faire avec conscience et respect du site dans lequel une intervention doit prendre place tout en s’inscrivant dans une attitude résolument prospective et réactive.


Et donc dans la cour de l'Hôtel de Belleval, Place Canourgue, Möbius (vanessa Peleszko + audric Menu + fayçal Abed) s'active :
« Adossé au mur crasseux, César contemplait ses mains noircies par l’encre des billets, il était temps que ce jeu s’arrête »; « Dévalant l’escalier, Etienne fuyait, pris à son propre jeu, il couraitmaintenant pour sauver sa peau… »; « Le jeu n’en valait pas la chandelle. Après avoir claqué la porte, Myriam décida de mettre fin à cette aventure… »; « Il bluffe ! Putain, il bluffe ! Je payais pour voir... »

Autant d’histoires, de jeux, de faits divers… le temps d’une installation ces brèves de cour se superposeront. A tout moment, à tout endroit, des scènes peuvent prendre vie. Comme la mémoire d’un lieu, rien n’est lisible au premier regard. Depuis différents points de vue, levisiteur découvrira des silhouettes qui révèleront les jeux des lieux. La déambulation se fera à travers une cour déstructurée par des taches colorées. Les anamorphoses s’installent, patchwork de couleurs ou tableaux théâtraux.

Pendant ce temps là, à Marseille, on a le droit à un festival de vaches !

Quelle est la ville déjà qui veut devenir Capitale de la Culture en 2013 ? M...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Un blog c'est un espace de dialogue, mais je constate que j'ai laissé des commentaires mais pas d ereponse !!! c'est un monologue.

Anonyme a dit…

?

nico a dit…

bah ouai c'est un monoblog !
mais un monoblog collectif !
Alors si tu préféres anonyme c'est un collectif de monoblog ouvert à la discussion et au débat mais débordé... ok ?
Allez à bientôt